Présentation détaillée

Aïlo :« Un conte philosophique et musical 100 % bio, d’esthétique world solidaire et humaniste composé par une haïtienne déjantée qui garde la foi en l’homme en chatouillant les pieds des anges. »

Comment ce projet est-il né ?

La Genèse

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre a dévasté mon île. Je me suis rendue en Haïti pour offrir à de jeunes artistes qui croyaient avoir tout perdu, un stage de formation artistique pluridisciplinaire, afin qu’ils soient aptes à devenir animateurs artistiques dans les camps de réfugiés.

Munie de ma guitare et de mon expérience « d’artiste à tout faire », j’ai puisé dans ma boîte à outils d’auteur, compositeur, danseuse, chorégraphe, professeur des arts de la scène, coach et psychothérapeute, pour créer avec eux une expérience artistique et humaine qui a bouleversé ma vie.

Nous avons battu le tambour, chanté, dansé, composé, écrit, sur cette lancinante question du « Pourquoi ? ». Le miracle est arrivé lorsque ces pianistes sans piano, ces dramaturges sans crayon, ces acrobates sans jambes, ces peintres sans pinceau ont su transformer ce « Pourquoi ? » en « Puisque c’est ainsi, voilà ce que nous allons bâtir ! »

Ils ont su créer des notes, des chants, des danses, des tableaux, des livrets, des spectacles joués entre deux manguiers, avec des décors de fortune offerts par la nature, et une foi qui faisait sourire les montagnes…

Lorsque ces merveilleux artistes m’ont raccompagnée à l’aéroport, ils m’ont dit « Madame Dominique, si le Goudougoudou (tremblement de terre) est arrivé ici, il peut arriver partout, et c’est collectivement que nous tous : les provisoires habitants de la planète, devons prendre conscience que la Terre est notre bien le plus précieux. Tu nous as appris que, lorsque quelque chose nous semble important à partager, il faut le chanter, le danser, le jouer et le peindre afin de lui donner vie … alors s’il te plaît : va chanter, danser, jouer et peindre pour nous à Paris et ailleurs, pour que chacun se souvienne que nous sommes enfants de la même Terre et qu’elle tremble de désir de nous voir créer une paix durable en la protégeant ! ».

A travers ce conte philosophique et musical, je veux rendre modestement hommage à ce chant d’amour qui ne saurait être le chant d’un cygne isolé, mais le signe d’une mutation profonde de nos consciences solidaires.

Dominique Sylvain alias Joyshanti.
Pour me découvrir en tant qu’artiste visitez mon site www.joyshanti.com

Aïlo : Comédie musicale humaniste, 100% bio et world.

Morsanto n’a qu’à bien se tenir: les Passeurs de Lumière plantent les graines de l’Avenir !

Pourquoi Aïlo quitte-t-elle son village ?

L’histoire

Aïlo, c’est l’histoire d’une jeune fille qui quitte son village dévasté par la nature et par les hommes. Elle est partie à la recherche de ces deux frères de lait qui ont été cédés, il y a déjà longtemps, à Morsanto, un riche marchand sans enfants, contre un peu de riz, des semences nouvelles et une nuit d’amour.

Depuis le départ des deux enfants, il y a comme une malédiction sur le village. Plus rien ne fonctionne comme avant.

En chemin, une femme qui se dit la Terre, confie à Aïlo un cristal pour l’aider dans sa quête. Cette pierre à le pouvoir de révéler la couleur profonde de ceux qui réconcilieront le village avec sa terre nourricière.

Aïlo est l’histoire de cette quête, de la découverte de ce que sont devenus ces frères, des choix qui ont conduit chacun d’eux à inventer sa légende personnelle, du conflit qui les oppose maintenant. L’un déserteur et laveur de carreau et l’autre unique héritier d’un empire qui rachète le vivant pour en tirer un profit infini.

Aïlo a un point de départ, une énergie puissante : Haïti.

Haïti blessée où la terre a parlé violemment et où le monde est venu jouer la triste comédie de l’humanitaire dans un mélange de compassion sincère et de corruption infâme.

Aïlo parle de la quête du bonheur, de lumière, de couleurs retrouvées, de tout ce qui peut permettre à l’humain de retrouver une harmonie lumineuse entre une terre mère meurtrie et ses enfants en dérive.

Aïlo est un conte d’aujourd’hui où la complexité sociale aspire à la lumière de l’esprit pour se réconcilier, et où l’espoir se chante comme une folle prière.

Les personnages

Ce chant d’amour à la Terre est développé à travers les cheminements parallèles d’une jeune haïtienne quittant son village dont les sources sont taries, et d’un soldat désertant le champ de bataille pour rejoindre la ville.

Aïlo : jeune fille quittant son pays dévasté.
La Terre : symbole de la Mère aimante, guide Aïlo dans sa quête.
Le Laveur de carreaux : jeune déserteur qui résiste au pouvoir de Morbidick en créant la bande des Passeurs de lumière.
Morbidick : Dirige la cité, privatise le vivant en créant une voûte qui met sa ville sous cloche, a un rapport d’amour et de violence avec Mirella, sa compagne.
Mirella : la compagne de Morbidick, préoccupée par son image et par le pouvoir, manipule Lover Rocker, est battue par Morbidick.
Lover Rocker : chef de la milice de Morbidick, hésite entre les deux camps. Tombe amoureux d’Estelle.
Estelle : citadine, amie d’Aïlo et alliée des Passeurs de lumière.
Violette : citadine alliée des Passeurs de lumière.
Philomène : Villageoise  en attente du retour de ses fils.
La mère d’Aïlo : femme chamane.
Villageois /Milice de Morbidick/Passeurs de lumière.

100/% bio

Cette allégorie poétique de la quête de la Paix permet d’aborder différents sujets qui nous tiennent à cœur, tant au niveau du livret que dans le mode de réalisation du spectacle.

Dans la réalisation du spectacle :

LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE : les arrangements (orchestrations et bandes musicales) sont créés  en collaboration avec des artistes du monde afin d’enrichir la musique d’un réel esprit world music contemporaine et de qualité, tout en permettant une rencontre artistique entre musiciens du monde, artistes français et public.

SOLIDARITÉ FORMATION ET INSERTION : l’un de nos partenaires est Le Palais de la Femme dont la mission est aussi l’insertion. Des cours de chant, des spectacles gratuits et une écoute psychologique et bienveillante sont proposés aux résidentes du Palais de la femme  qui sont pour l’essentiel des  des femmes en phase de reconstruction. Un bon nombre d’entre elles, désireuses de participer au spectacle s’y investissent avec enthousiasme et participent à la réalisation des costumes, des masques, des décors et des visuels ce qui constitue déjà pour elles une expérience de formation professionnelle.

LA DIVERSITÉ : plus de la moitié des artistes de la compagnie sont issus de la diversité culturelle, d’une part pour rester fidèle au livret – qui situe une partie de l’action dans un pays du bout du Monde, Haïti, et l’autre dans une ville sans couleur – et d’autre part, parce que les castings parisiens ouverts à tous-mais plus volontiers à des profils fidèles aux livrets proposés-passent bien souvent à côté du talent d’artistes issus d’une culture urbaine parfois marginalisée et souvent métissée; la fameuse « minorité visible » …

L’ÉCOLOGIE : à tous les stades de la création, nous sommes attentifs à agir dans le respect de la Terre. Vive la récupération ! Nous sommes vigilants à ce que les costumes, les décors, des peintures qui sont manipulées en direct sur scène par les artistes, le papier utilisé pour la promotion, etc… répondent à des normes correspondant à nos valeurs.

Dans le livret :

L’ÉCOLOGIE, car la vraie « star » de la pièce est la Terre.

L’EFFET PAPILLON : dans le livret ce qui a poussé Aïlo à partir n’est sans doute pas sans rapport avec l’inconséquence des industriels, les exigences du mode de vie des citadins et au manque de respect de la Terre par tous. La désolation dans laquelle est plongé son village a été provoquée par l’achat des graines de Morsanto qui ressemblent à s’y méprendre à celles d’un célèbre marchand de semences transgéniques américain…

LA PAIX est le fil rouge de la pièce. Chacun des personnages, notamment Le Laveur de carreaux – qui déserte un champ de bataille pour créer en ville la bande des Passeurs de Lumière – est en quête de Paix, conscient ou pas qu’Elle est garante de sa survie et de son bonheur.

LA PLACE DE LA FEMME est abordée à travers le personnage de Mirella, sombre héroïne et femme battue qui ne peut accéder à un réel pouvoir sans son homme. Elle pose la question du comment initier une paix durable sans revisiter le rapport hommes et femmes.

Dans la diffusion du spectacle :

PÉDAGOGIE ET LIEN SOCIAL.  Les chansons de la comédie musicale sont accessibles à tous et laissent une large part à la polyphonie, donc au partage, valeur inhérente au thème même de la pièce. Des actions pédagogiques et d’échanges sont menées notamment auprès des écoles, collèges, lycées chorales amateurs et professionnelles favorisant à la fois le lien social et la sensibilisation à une esthétique bio responsable.

Nous souhaitons continuer à associer des ensembles vocaux amateurs et professionnels à chaque représentation, et partager avec tous la joie de chanter ensemble la paix et le respect de la planète. Ce bel échange  se concrétisera par une communion entre artistes et spectateurs-chanteurs lors des représentations. Des «flash mob» sont également organisés par les ensembles vocaux dans leur communes ou quartiers, diffusant ainsi dans des lieux publics les chansons de paix portées par Aïlo.

Qu’est ce qui porte le projet?

Les moyens mis en œuvre :

Une équipe importante s’est mobilisée pour que cette comédie musicale professionnelle voit le jour. Bénévolat des artistes chanteurs, du metteur en scène et des photographes, cinéastes, ingénieurs du son, musiciens, dessinateurs, stylistes, couturiers, décorateurs, créateurs de masques, web designers, graphistes et autres corps de métier…

Nombre de personnes impliquées bénévolement => 55 personnes

Le soutien de nombreux partenaires ainsi que de grosses structures comme le Palais de la femme à Paris pour les répétitions depuis 18 mois, le Théâtre de Chaville pour une résidence de création, ainsi que la Mairie de La Queue Lez Yvelines – avec qui une action pédagogique avec l’école est en cours et qui accueille la Première – a été nécessaire et déterminant.

Crédits photos : Stephane Erviel, Jean Marc Lometec, François Mallet.

--- ---

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.